Les Everglades, une jungle en Floride

Les Everglades, ces étendues de mangroves et de marais sont le repaire des panthères, des alligators et des tortues luths. Un dédale à sillonner en canoë.

C’est un coin d’Amazonie aux portes de Miami. Un inextricable réseau de marécages et de forêts recouvrant la point sud de la Floride, et alimenté par les eaux du lac Okeechobee. Les Everglades, que les Amérindiens ont surnommé « rivière herbeuse », s’étend sur plus de 15 000 kilomètres carrés, ce qui en fait le plus vaste milieu naturel subtropical de tous les États-Unis.

Les mangroves, forêts de cyprès ou pinèdes, servent de refuge à des centaines d’espèces animales, dont certaines sont très rares, comme le lamantin des Caraïbes, la tortue luth ou la panthère de Floride. C’est également le seul endroit au monde où cohabitent crocodiles et alligators.

La flore tout aussi variée, comprend de nombreux spécimens endémiques, telles l’utriculaire, une plante carnivore qui se laisse dériver au gré des courants, ou l’orchidée fantôme, ainsi nommée parce que sa fleur blanche, dépourvue de feuilles, semble flotter dans l’air.

Un parc national fut crée en 1947 afin de tenter d’endiguer les destructions dues à l’urbanisation, l’abattage des bois et la construction de canaux.

Une centaine de kilomètres de sentiers pédestres bien balisés ont été aménagés dans les marécages. Les circuits les plus accessibles s’élancent du Royal Palm Visitor Center, juste à la sortie de la ville d’Homestead. Ils permettent de se faire un aperçu de cet écosystème si particulier en traversant des « hammocks », terres fermes émergeant de l’eau verte, où s’accrochent chênes , tamariniers et buissons de café sauvage.

Pour multiplier ses chances d’observer la faune, mieux vaut se rendre à Flamingo, plus à l’ouest, d’où partent des itinéraires moins fréquentés et où l’on est sûr d’apercevoir tortues, cerfs de Virginie et une multitude d’oiseaux.

La traversée de la Wilderness Waterway, un itinéraire aquatique prend environ une semaine, avec campement sous tentes ou en « chickees », cabanes traditionnelles des Indiens séminoles.

C’est en évoluant dans ce luxuriant dédale de mangrove résonnant de bruit d’animaux que l’on approchera le vrai visage des Everglades : celui d’un monde entre terre et eau où l’homme ne peut être que de passage.

Conseils aux voyageurs :

  • Quand s’y rendre ? De décembre à mars, quand la chaleur n’est pas trop étouffante et que les moustiques sont moins actifs.
  • A savoir : la présence d’alligators, de crocodiles et de serpents fait que la baignade est fortement déconseillée dans tous les Everglades. Les balades en canoë, en revanche, ne présentent aucun danger, tant que l’on reste dans les zones balisées.

Vous aimerez sûrement