Par les sentiers du Haut Atlas

De gorges en cols, ce trek vous mène sur les plus hautes cimes du Maghreb, à la découverte des bergers nomades et des douars, le villages berbères.

Voici l’une des plus belles randonnées à réaliser au Maroc. Long de 160 kilomètres, son itinéraire traverse en sept jours le parc national du Toubkal, qui s’étire sur 100 000 hectares au centre des montagnes du Haut Atlas. Ces terres reculées abritent les sommets les plus élevés d’Afrique du Nord, enneigés une grande partie de l’année. A leurs versants s’accrochent des villages berbères dont les maisons cubiques s’élèvent en gradins parmi les cultures en terrasses. Dans le parc, les plateaux bordés de falaises alternent avec les gorges aux eaux cristallines. C’est le sanctuaire des mouflons à manchettes, des gazelles de Cuvier, une espèce menacée, et de nombreux oiseaux, tels l’ibis chauve et l’aigle royal.

La cité de Marrakech sert de base arrière pour le trek. L’occasion, pour les randonneurs, d’explorer ses sites renommés : les remparts du XIIe siècle, le souk fourmillant, la mosquée Kutubiyya, dont le minaret surplombe la médina, et l’immense place Jemaa-el-Fna, où se produisent danseurs, charmeurs de serpents et conteurs. Un minivan vous conduira ensuite jusqu’au village de Tamzerit, situé à l’entrée du parc, à 75 kilomètres au sud de Marrakech. C’est ici que vous attendent guides et muletiers.

Le sentier part à l’ouest, grimpe sous une épaisse forêt de chênes verts, et débouche sur l’Irhil n’Ikkis, un vaste pâturage que jalonnent des abris de transhumance. Le lendemain, vous gravirez des pentes rocailleuses semées de genêts qui fleurissent au printemps, avant d’atteindre la passe de Tizi n’Omski, d’où la vue embrasse l’Ighil M’Goun. L’ascension de ce sommet de 4089 mètres s’effectue le troisième jour de la randonnée.

Le trek se poursuit le long d’un plateau verdoyant où les bergers nomades mènent leurs troupeaux de chèvres et de brebis, puis descend vers la vallée et les gorges de Tessaout. Vous passerez la nuit dans l’un des douars berbères de la région, dont les femmes se parent d’habits chatoyants où dominent le rouge et l’orange. De là, le sentier chemine par monts et vallées, à travers des forêts de thuyas et des massifs de genévriers.

Étape à la casbah de Télouet, une forteresse des XVIII-XIXe siècles toujours majestueuse malgré son piteux état et dans le ravissant village de Setti Fatma, point de départ d’une balade vers sept cascades. Les derniers jours vous réservent des passages de cols, dont le plus haut perché est le Tizi N’Tacheddirt (2454 mètres). Ce dernier conduit au refuge Neltner, base de campement avant l’ascension du djebel Toubkal, point culminant du Maghreb ( 4167 mètres), d’où le panorama s’étend jusqu’à l’orée du Sahara. Le trajet redescend enfin sur Imlil, dans la vallée de l’Ourika. Une tajine arrosé de thé à la menthe vous y récompensera de vos efforts.

Conseils aux visiteurs :

  • Quand partir ?  Au printemps et à l’automne pour visiter Marrakech. Le Haut Atlas se parcourt sans problème d’avril à septembre.
  • À voir : à la mi-août, le « moussem » (fête des fiançailles) de Setti Fatma.
  • À savoir : ce trek s’adresse à des randonneurs chevronnés, en bonne forme physique. Les tours-opérateurs locaux vous conseilleront sur les auberges berbères où passer la nuit.

Vous aimerez sûrement